Qu’est-ce que le français intensif?

Jusqu’à tout récemment, il n’y avait que deux options pour l’apprentissage du français comme langue seconde dans les systèmes scolaires au Canada : le programme de français régulier, normalement connu sous le nom de « Français de base », et l’Immersion. Il s’ouvre maintenant une troisième voie : le français intensif.

Il s’agit d’un programme qui offre aux élèves de tout niveau d’habileté, et qui ne sont pas inscrits à un programme d’immersion, une façon efficace d’apprendre à communiquer spontanément en français. Cette approche est basée sur la littératie, ce qui fait que les élèves apprennent à parler, à lire et à écrire en français. La grammaire est acquise par l’utilisation de la langue plutôt que par la mémorisation de règles. Les élèves parlent, lisent et écrivent à propos d’eux-mêmes et de leurs expériences, et sont actifs en classe.  Le français intensif se différencie de l’immersion, cependant, en ce que les élèves n’apprennent aucune autre matière scolaire en français.  Il se différencie du français de base du fait que le français est la langue de communication en classe. Il se base sur l’approche neurolinguistique de l’apprentissage de langues secondes.


Quels sont les résultats?

À la fin de la période intensive de cinq mois du programme, les élèves peuvent communiquer de façon spontanée en français sur des sujets se rapportant à leurs expériences. Écoutez cette entrevue de deux élèves après cinq mois de français intensif.

Au Nouveau-Brunswick, le français intensif a remplacé le français de base pour tous les élèves qui ne sont pas inscrits en immersion. La participation au programme est obligatoire de la 5e à la fin de la 10e année.

À la fin de leur parcours au secondaire, les élèves sont capables de communiquer indépendamment sur une vaste gamme de sujets.  Fiona Stewart, agente pédagogique en apprentissage des langues secondes et responsable du français intensif au ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance au Nouveau-Brunswick, où le programme a maintenant été mis en œuvre jusqu’à la fin du secondaire, remarque que selon les données recueillies d’évaluation, au cours de l’année scolaire 2011-2012, 76% des élèves en français de base ne pouvaient PAS entretenir une conversation en français en phrases complètes. Ce résultat peut se comparer à celui de l’année scolaire 2013-2014, où, suite à la mise-en-œuvre du français post intensif, il y a eu une augmentation de 45,7 % dans le pourcentage d’élèves capables de communiquer en phrases complètes.

Voici un exemple de deux élèves à la fin de la 10e année.


Comment fonctionne le français intensif?

En général, le programme commence en 5e ou 6e année. Pendant cinq mois, à peu près la moitié de la journée scolaire est consacrée à des activités en français. Pendant les cinq autres mois, les élèves suivent leur horaire régulier, mais continuent à apprendre le français selon une approche de l’apprentissage linguistique basée sur la littératie. Le programme est suivi au cours des années scolaires intermédiaires et secondaires par le français post intensif, afin de s’assurer que les élèves maintiennent et augmentent leurs habiletés communicatives. Le français pré intensif en 4e ou 5e année est une année facultative qui sert de présentation du programme aux élèves, mais n’offre pas une période intensive d’étude du français.

Le tableau ci-dessous illustre comment le programme fonctionne à partir de la 4e ou 5e année jusqu’à la fin du secondaire.

La première année du programme est illustrée dans le tableau ci-dessous. Au cours d’un semestre, pendant cinq mois, la majorité de la journée est vouée à l’apprentissage du français, en suivant une approche basée sur la littératie de l’apprentissage linguistique. Les mathématiques et certains autres sujets qui sont généralement le domaine de spécialistes, tels que, par exemple, la musique, sont enseignés en anglais. Au cours des cinq autres mois, les élèves suivent leur horaire normal, tel qu’illustré ci-dessous.

Le temps accordé aux programmes peut varier quelque peu de district scolaire en district scolaire.


Où peut-on trouver le français intensif?

Le programme existe dans un certain nombre de commissions scolaires, et ce, dans toutes les provinces et tous les territoires, à l’exception du Québec et de l’Île-du-Prince-Édouard.

En 2014-2015 il y avait 22 000 élèves inscrits au programme à travers le Canada : 3 200 en français pré intensif, 7 000 en 5e ou 6e année, l’année du français intensif, et 12 000 en français post intensif. Depuis sa création en 1998 à Terre-Neuve-et-Labrador, environ 70 000 élèves ont été inscrits à l’année intensive du programme. La portée du programme s’est rapidement élargie, comme on peut le constater en consultant les tableaux ci-dessous.

En octobre 2008, on a célébré le 10e anniversaire de la mise-en-œuvre du français intensif à Terre-Neuve-et-Labrador. Cliquez ici pour voir les premiers enseignants et élèves qui ont aidé à développer le programme.


Pour plus de renseignements dans votre région

Consultez la division des programmes en français de votre ministère de l’Éducation ou votre district scolaire local.

Yukon : 867 332 0485
Territoires-du-Nord-Ouest: 867 920 8992
Yellowknife School District #1 : 867 776 5065
Colombie-Britannique : 250 886 2630
Alberta, Calgary Board of Education : 403 817 7626
Christ the Redeemer Catholic Schools : 403 995 4825 
Saskatchewan : 306 787 2595 
Manitoba, Division scolaire Louis Riel : 204 257 7827
Nunavut : 867 975 7917 
Ontario, Catholic District School Board of Eastern Ontario : 613 932 1720
Waterloo Catholic District School Board : 519 578 3660
Niagara Catholic District School Board : 905 735 1687
Nouveau-Brunswick : 506 444 4916
Nouvelle-Écosse : 902 424 5353
Terre-Neuve-et-Labrador : 709 729 5127