L’approche neurolinguistique se fait appliquer maintenant avec des apprenants adultes, tant pour le français langue seconde que pour d’autres langues secondes, comme l’espagnol.

La conception d’unités pour adolescents et adultes est en cours, et une version adaptée de l’introduction du guide pédagogique a été préparée.

Pour plus de renseignements à ce sujet, veuillez communiquer avec Lyne Montsion ou Claude Germain (pour l’Asie).

L’approche neurolinguistique est appliquée un peu partout au Canada pour l’enseignement des langues autochtones : le han (Yukon), le cri (Saskatchewan et Colombie-Britannique), le dene (Territoires du Nord-Ouest), l’inuktituk (Iqaluit, Nunavut), ainsi que le français, l’anglais et le cri dans la région de la Baie-James.

Il y a un regain d’intérêt pour la revitalisation des langues autochtones à travers le pays et un certain nombre de projets d’enseignement expérimentaux applique l’approche neurolinguistique. Les autorités scolaires qui veulent mettre en œuvre un programme de langue font face à certains défis, en particulier le fait qu’il y a peu d’enseignants qualifiés qui maîtrisent la langue. 

Aux Territoires du Nord-Ouest, où il y a onze langues officielles, un programme de certification spécial a été mis en œuvre par le collège Aurora afin d’offrir une formation en enseignement à des personnes qui parlent une des langues autochtones. En 2012, une première formation de deux semaines portant sur l’ANL a été offerte à une trentaine d’enseignants, venus de toutes les régions des Territoires. Quoique l’un des districts scolaires ait choisi d’appliquer les stratégies de l’approche dans la mesure du possible dès 2013- 2014, ce n’est qu’en 2015-2016 qu’un projet expérimental officiel a été mis en œuvre aux Territoires. Certaines modifications ont dû être apportées à l’approche pour répondre aux contraintes locales, car il est impossible d’offrir l’intensité de temps  et il a peu de ressources qui permettraient de soutenir une approche basée sur la littératie pour le développement des compétences à l’oral. On prévoit concevoir des livrets de lecture à mesure que le projet expérimental continue.

L’ANL préconise la langue orale comme point d’entrée vers une langue et, de ce fait, elle s’adapte très bien aux systèmes scolaires autochtones. Il y a également beaucoup de ressemblances entre ses stratégies d’enseignement et la façon dont sont transmises les connaissances générales dans ces collectivités. 

La commission scolaire Ahkwesahne Mohawk a adopté l’ANL pour ses programmes d’immersion et de base.

À la Commission scolaire de la Baie-James, l’application de l’ANL aide à améliorer l’enseignement du cri, de l’anglais et du français, tant aux élèves qu’aux adultes. Depuis cinq ans, des enseignants du secteur français reçoivent des formations qui appuient le développement de la langue orale dans leurs pratiques pédagogiques. Des formations portant sur l’intégration de la lecture et de l’écriture suivent, toujours suivant la pédagogique de l’ANL. Les enseignants du niveau élémentaire et du niveau secondaire participent à ces formations lors de journées pédagogiques.

Pour la conception de programmes d’études viables et garantis (PVG), l’ANL est reconnue pour offrir les meilleures pratiques pour l’enseignement des langues.

Des unités thématiques ont été conçues en anglais et en français pour le secteur de l’éducation aux adultes, par les Services d’éducation aux adultes sabtuan (région de Baie-James).

À Iqaluit (Nunavut), l’approche appuie l’amélioration de l’enseignement des langues secondes, avec un programme de français intensif et post intensif. On y voit aussi les débuts d’un programme d’inuktitut.

Des cours de langues sont conçus et offerts aux fonctionnaires du gouvernement du Nunavut. Ces cours tiennent compte de l’ANL à tous les niveaux (débutant à intermédiaire). Les contextes de travail des apprenants (pour la plupart Inuits) permettent les mises en pratique dans des situations authentiques.

L’ANL est aussi utilisée par la commission scolaire de Saanich (Île de Vancouver) pour leur programme d’immersion en saanich.

L’approche se fait implanter dans d’autres collectivités autochtones également. Des ateliers et des formations ont été offerts dans les régions suivantes :

  • Enseignants du secoten en Colombie-Britannique
  • Communautés cris en Saskatchewan. 

Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter cet article, paru dans la Revue de l’Association québécoise des enseignants du français langue seconde (http://aqefls.org/index.html)

Vous pouvez également communiquer avec

Andre Charlebois
David Macfarlane

L’approche neurolinguistique est appliquée en Chine depuis 2010 pour l’enseignement du français à de jeunes adultes inscrits à l’Université normale de la Chine du Sud à Guangzhou/Canton. Sur deux ans, les étudiants chinois suivent des cours basés sur l’ANL. Depuis 2014, il y a également un projet expérimental à Nanhai, près de Guangzhou, dans un collège (école secondaire de deuxième cycle). Plus de cent élèves par année y participent, dans le contexte d’un programme de trois ans qui les prépare à des études au niveau universitaire en France. Il y a également des projets pour l’enseignement des adultes au Japon et à Taïwan.

En mars 2015, au Japon, une formation (huit heures par jour pour trois jours) a été organisée par Olivier Massé de l’Institut français de Tokyo. Trente enseignants du français langue étrangère, venus de villes japonaises différentes, y ont participé. Du fait que la formation était axée sur l’enseignement aux adultes, Joan Netten et Claude Germain ont entrepris une révision de deux unités d’enseignement qui avaient été conçues pour les écoles canadiennes, ainsi que l’introduction au guide pédagogique, afin de les adapter au milieu adulte. Suite à cette formation, on prédit que l’ANL sera appliquée sous peu à titre expérimental dans plusieurs instituts japonais qui offrent des formations linguistiques aux adultes.

Hidé reçoit son attestation de Claude

 

Facilitateurs : Lyne, Claude, Sandy, Vi-tri, Inès et Pascal

 

Le groupe

 

Claude et Olivier Massé, organisateur principal de formations

 

Des vidéos qui ont été prises lors d’un Symposium sur l’ANL, qui a eu lieu à un Colloque international en novembre 2013, à Guangzhou, Chine, peuvent être visionnées en cliquant sur les liens ci-dessous :

"Contexte"

"Cadre théorique"

"Cinq principes"

"Adaptation du contexte"

"Évaluation de l'ANL"

"Extrait du symposium"

"Français intensif au Canada"